Le Salon

Une brève histoire des mouvements et des expositions d’Artistes Animaliers du 19è siècle à nos jours, par Jean-Christophe Barbou des Places.

© TOUS DROITS RÉSERVÉS | SOFREXPO / Jean-Christophe Barbou des Places
Il est interdit de reproduire ce texte sans autorisation et mention de l’auteur

1830 : la Société des peintres animaliers

En 1830, Charles Jacque, célèbre peintre de l’école de la nature de 1830, (Corot, Debussy, Rousseau, Millet…) appelée plus tard école de Barbizon, et qui s’était consacré aux moutons, aux volailles et aux cochons, (on appelait Charle Jaque « le Raphaël des moutons »), créé la Société des peintres animaliers qui organisa de nombreuses manifestations, comptant parmi ses rangs : Rosa Bonheur et ses frères, Emile Van Marcke De Lummen, Jean-Ferdinand Chaigneau, Eugène Lambert (« le peintre des chats »), Hippolyte Lalaisse, Jacques Raymond Brascassat et Constant Troyon (« Le peintres des vaches »), Jules Jacques Veyrassat, etc.
C’est vers 1860-1870 que les peintres de l’école de Barbizon ont commencé à être reconnus et plusieurs peintres animaliers de cette école sont devenus célèbres à la même époque.

Sous le Second Empire, une « certaine école » d’artistes animaliers apparaît : les peintres de chasse

Selon Claude d’Anthenaise (Conservateur en Chef du Musée de la Chasse et de la Nature), une « certaine « école » d’artistes animaliers » est apparue sous le Second Empire : l’école des peintres de chasse et de chiens, tels Charles-Olivier de Penne, Jules-Bertrand Gélibert, Charles de Condamy, Paul Tavernier ou Louis-Godefroy Jadin et bien d’autres artistes aujourd’hui célèbres. Cette école va prospérer jusqu’à la guerre de 1914 et perdure de nos jours « en une remarquable continuité qui se défie des modes et des grands courants de l’histoire de l’art » (Catalogue de l’exposition « La chasse et les chiens dans l’art au XIXème siècle – Charles-Olivier de Penne », organisée par Madame Isabelle Reille en 2001 au Musée International de la Chasse – Château de Gien).

Les premiers salons d’art animalier apparaissent à la fin du XIXème siècle.

A la fin du XIXème siècle ont été créés : le Salon des peintres animaliers, mais également le Salon des peintres équestres, et le Salon des Peintres et Sculpteurs de Chasse et de Vènerie. Ce dernier fût lancé à l’initiative de la Société Centrale Canine, présidée par le prince de Wagram. Il se tiendra de 1890 à 1912 dans l’Orangerie du Jardin des Tuileries, présidé par Jules-Bertrand Gélibert.

sport-universel-illustre-n670-13-juin-1909LE SPORT UNIVERSEL ILLUSTRÉ – N°670 – 13 juin 1909

Les journaux de l’époque écrivent : « Là leurs œuvres trouvent un public spécial pour les apprécier et les visiteurs qu’intéressent particulièrement les sujets qu’elles représentent n’ont pas à les chercher laborieusement dans le chaos de peinture historique, de portraits, de tableaux de genre, de bustes et de groupes divers qui encombrent les galeries et le jardin du Palais de l’Industrie ou du Champ de Mars » (La chasse illustrée, n°25, juin 1891, p.196).
Ce salon a accueilli Georges Busson (1859-1933), Marie Calvès (1883-1957), le comte Charles-Fernand de Condamy (1847-1910), le baron Jules Finot (1826-1906), Jules Bertrand (1834-1916) et Gaston (1850-1931) Gélibert, Gaston d’Illiers (1876-1932), Louis Godefroy Jadin (1805-1882), Georges Laroque (1839-1932), Fernand Maissen (né en 1873), P. Mahler, Paul Marcueyz (1877-1952), Edouard Mérite (1867-1941), Louis de Monard (1873-1939), Joseph Oberthur (1872-1956), Roger Reboussin (1881-1965), Christian (1877-1953) et Pierre (1874-1935) de La Verteville, Arthur-Marie, comte du Passage (1838-1909), Charles-Olivier de Penne (1831-1897), Xavier de Poret (1897-1975), Georges-Frédéric Rötig (1873-1961), Paul Tavernier (1852-1943), et bien d’autres grands Artistes de chasse et de vénerie, et animaliers au sens large…

Les mouvements d’Artistes animaliers, les salons et les expositions d’art et d’Artistes animaliers, au 20ème et 21ème siècles.

1912 : création de la Société des Artistes Animaliers Français, dont le président est Georges Gardet. à l’initiative d’Armand Dayot, avec le concours de Louis de Monard, d’Henri Deluermoz, de Roger Reboussin et de Jacques Nam.
Le 1er salon annuel des Artistes Animaliers est organisé du 18 février au 18 mars 1913 à la Galerie La Boétie, 64bis rue La Boétie à Paris. En plus des oeuvres de Deluermoz, Gardet, Monard, Nam et Reboussin, on peut y voir des oeuvres de Gaston Etienne Le Bourgeois, Paul Jouve, Auguste Rodin, Paul Troubetzkoy… La guerre interrompt les expositions puis Les Artistes Animaliers exposeront après la première guerre mondiale dans plusieurs galeries parisiennes : chez Georges Petit et à la Galerie Charpentier en face de l’Elysée entre 1920 et 1930.
En mars 1931, la Société des Artistes Animaliers Français est dissoute après la démission de 10 membres du bureau.

En décembre 1930, Edgar Brandt, alors considéré comme le plus grand ferronnier d’art de sa génération, qui a fait fortune dans l’industrie de l’armement et qui a fondé en 1926 la marque d’appareils électroménagers Brandt, accueille dans sa galerie, boulevard Malesherbes, la première exposition d’un groupe composé des meilleurs artistes animaliers du moment : François Pompon, Édouard-Marcel Sandoz, Paul Jouve, Georges Guyot et Gaston Suisse. Cette exposition connaît un très large succès, et l’ensemble des artistes formant ce groupe qu’on appellera désormais « Les Animaliers« , exposera régulièrement chaque fin d’année à la Galerie Edgar-Brandt, qui a été rachetée et rebaptisée Galerie Malesherbes en 1932 par Edouard-Marcel Sandoz.

1931 : les sculpteurs François Pompon et Jane Poupelet créent au Jardin des Plantes la société « Douze sculpteurs animaliers français » plus connue sous le nom « Groupe des douze« . François Pompon est Président, Paul Jouve est Vice-Président.
Les « Douze » sont : François Pompon, Paul Jouve, Georges-Lucien Guyot, Jane Poupelet, Gaston Choppard, André Margat, Georges Hilbert, Anne-Marie Profillet, Jean-Claude de Saint Marceaux, Adrienne Jouclard, Charles Artus et Marcel Lemar.
D’autres peintres et sculpteurs les rejoindront par la suite au titre d’invités ou de membres remplaçant : Bigot, Bussy, Haseltine, Derain, Dufresne Dufy, Dunoyer de Segonzac, Petersen, Roche, Trémont. Le « Groupe des douze«  à organisé seulement 2 expositions, à l’Hotel Ruhlmann, 27 rue de Lisbonne à Paris, la première du 8 avril au 7 mai 1932 et la seconde du 1er au 31 mars 1933.
Cette aventure leur permit l’entraide, l’amitié et la confraternité et participa grandement à la renommée, à travers les salons, expositions et autres événements, de leurs œuvres » (Source : Les sculpteurs et l’animal dans l’art du XXè siècle, Ed. Monnaie de Paris, 1999).
Jane Poupelet disparaît en 1932, Pompon meurt en 1933, ce qui entraine le déclin du « Groupe des douze«  qui disparaît avec la guerre, sans être jamais dissout.

En 1939, la guerre interrompt le cycle des expositions du groupe « Les Animaliers« . Cependant, grâce à Edouard-Marcel Sandoz, deux expositions sont organisées en 1943 et 1944 à la Galerie Allard.

En 1946, « Les Animaliers » exposent à la Galerie Art Vivant, boulevard Raspail, avant de s’installer, de 1948 à 1957, au Cercle Volney, acquis par Edouard-Marcel Sandoz. En 1957 le cercle fut vendu et démoli.

« Les Animaliers » vont également voyager et exposeront à Bruxelles, Liège, Anvers, Vichy, et en Suisse, lors de la foire-exposition de Lausanne en septembre 1950…

En 1976, le Salon National des Artistes Animaliers (SNAA) est créé à l’initiative de Roger B. Baron et de son ami Etienne Audfray, alors Maire de Bry-sur-Marne. « Les artistes animaliers ayant besoin d’un toit qui ne fut point coûteux acceptent l’hospitalité de l’Hôtel de Malestroit à Bry-sur-Marne, qui, bien qu’éloigné du 7e arrondissement, offre généreusement le clos et le couvert à une académie dont les membres, chargés d’honneur, mais hélas aussi d’années, s’éteignent peu à peu ou prennent quelque distance. Le SNAA compte 17 participants à cette époque, il en compte 60 dix ans plus tard et en accueille 120 vingt ans plus tard. »
(Source :  artistes-animaliers.com/historique/)

En 1995, les deux salons SNAA et « Les Animaliers » se regroupent sous la présidence d’honneur de Mme Landol-Sandoz.
Désormais une centaine d’artistes exposent  chaque année au SNAA. Le règlement intérieur du salon précise que « Les scènes qui évoquent la violence humaine envers les animaux (chasse, tauromachie, course de lévriers, combat de coqs, etc…) ne seront pas retenues ». Ainsi le SNAA refuse de nombreux Artistes animaliers de grand talent qui travaillent sur le thème de la chasse, pourtant très populaire et recherché par les amateurs et collectionneurs fortunés. En raison du grand nombre d’Artistes exposés et de la surface réduite des lieux, le nombre d’oeuvres présentées par chaque Artiste est limité (1 à 3 pièces par artiste) et les Artistes ne sont pas sur place pour accueillir les visiteurs et échanger avec eux, défendre leur travail et conclure les ventes. Le volume des ventes est donc assez faible.

En 2011, Jean-Christophe Barbou des Places, amateur et collectionneur passionné d’art animalier et cynégétique, décide de créer un nouveau Salon pour que le public puisse rencontrer les meilleurs Artistes peintres et sculpteurs animaliers du moment, sans exclure ceux qui ont choisi de travailler sur les thèmes de la chasse, de la tauromachie, du polo, de la vénerie… C’est au public de choisir d’aimer ou ne pas aimer le travail de ces Artistes… On ne censure pas l’art, c’est un principe, sauf en cas d’incitation à la haine ou à la violence (éternel débat…).

Pour paraphraser ce qu’écrivait Olivier Fanica (historien d’art et spécialiste de la gravure d’art du XIXe siècle) à propos de Charles-Olivier de Penne, on peut affirmer que les œuvres de ces artistes animaliers qui travaillent sur le thème de la chasse ne peuvent laisser indifférent : nous savons qu’il y a dans l’inconscient collectif des amateurs d’art, quelque chose qui vibre à leur examen (Catalogue de l’exposition organisée par Madame Isabelle Reille en 2001 au Musée International de la Chasse – Château de Gien).
A ceux qui reprocheraient cette spécialisation, nous répondrons, reprenant ce qu’a écrit Claude d’Anthenaise, alors directeur du Musée de la Chasse et de la Nature à Paris : « Peu importe l’exiguïté de la discipline, pourvu qu’on y ait l’excellence ».
Ce que cherche Jean-Christophe Barbou des Places, c’est attirer un public raffiné, amateur et collectionneur d’art avec un pouvoir d’achat conséquent et un réel appétit pour acheter des oeuvres aux Artistes, et présenter à ce public une sélection des meilleurs animaliers du moment et de leur travail, dans le but de promouvoir ces Artistes et leur permettre de trouver des clients pour qu’ils puissent vivre correctement de leur passion et de leur talent.
M. Christian de Longevialle, alors président de la Fondation de la Chasse et de la Nature (aujourd’hui Fondation François Sommer), décide de mettre gracieusement l’Hôtel de Guénégaud, siège de la Fondation et du Club de la Chasse et de la Nature, à la disposition des organisateurs du Salon et des Artistes, afin de favoriser la réussite de l’initiative. M. Philippe Dulac, son successeur, soutiendra et participera activement au Salon, en tant que Président du Comité de sélection et Président du Jury. Une trentaine de partenaires : médias, institutionnels et quelques sociétés ont aidé au financement du Salon en tant que Mécènes/Sponsors.
Le Salon des Artistes Animaliers, de Chasse et de la Nature est lancé fin 2011 avec l’appui d’Arthemis, un groupe d’Artistes de chasse co-présidé alors par Catherine Noël et Catherine Farvacques.
Le 15 décembre 2011, le président Valéry Giscard d’Estaing a présidé la soirée de gala et remis les médailles du salon aux lauréats.
Pour sa première édition, le Salon expose 29 artistes et attire près de 3.000 visiteurs.  Pari gagné !

le-salon-edition2011
Avec le Salon des Artistes Animaliers, de Chasse et de la Nature, tous les Artistes animaliers contemporains ont désormais un grand Salon à eux, avec un large public de connaisseurs, et d’acheteurs.
Grâce au Salon gageons que plusieurs d’entre eux entreront dans l’histoire de l’art, à l’instar des Barye, Dreux, Desportes, Gélibert, Mène, Oudry, ou plus récemment, Princeteau, Condamy, Finot, Penne, Poret, Reboussin, Reille, Rötig…

2012 : 2ème édition du Salon, un succès qui se confirme

En 2012 le Salon a déménagé à l’hippodrome d’Auteuil et cette 2ème édition du Salon a pu accueillir 36 artistes et près de 4.000 visiteurs. Le Salon est présidé par M. Jean d’Indy, Vice-président de France Galop, qui a remis les médailles aux lauréats de cette 2ème édition. Les Artistes ont réalisé de très belles ventes et enregistré de nombreuses commandes. le-salon-edition2012

2013 : 3ème édition du Salon des Artistes Animaliers, de Chasse et de la Nature

2ème année à Auteuil. L’Hippodrome accueille à nouveau l’événement et cette fois ce sont 48 Artistes qui participent au Salon, 22 déjà présents en 2012, et donc 26 nouveaux exposants en 2013. 1 600 invités participent au Vernissage, jeudi 28 novembre. La cérémonie de remise des médailles est présidée par M. Henri de CASTRIES, PDG du Groupe AXA, grand chasseur et collectionneur. Au total 4 700 visiteurs de déplaceront pendant les 4 jours de l’exposition. Les ventes et les commandes sont d’un excellent niveau pour la plupart des Artistes, dont la manifestation est devenu le moment phare de l’année. Certains décident même de consacrer exclusivement leur production à l’exposition. Le public, les Artistes et les Partenaires ont tous été enthousiasmés par le niveau des œuvres exposées, les qualités du lieu et l’organisation de l’événement.

le-salon-illustration-2014-(1)

2014 : 4ème édition du Salon des Artistes Animaliers, de Chasse et de la Nature

Le salon s’est déroulé dans les salons de réception des tribunes de l’Hippodrome d’Auteuil, du jeudi 27 au dimanche 30 novembre 2014. En 4 jours le Salon a attiré 5.500 visiteurs (+ 18% par rapport à 2014), dont 1.650 invités qui se sont pressés à la Soirée AVANT PREMIERE et au VERNISSAGE de l’exposition. Le niveau du Salon progresse selon les visiteurs. De nombreux commentaires soulignent la capacité des Artistes à se renouveler (sujets, techniques…) et le public manifeste sa satisfaction de l’arrivée de nouveaux Artistes qui participent à cette 4ème édition du Salon (14 nouveaux Artistes en 2014 par rapport à 2015). La cérémonie de remise des médailles est présidée par M. Olivier DASSAULT, qui a remis les médailles aux lauréats au cours d’une cérémonie chaleureuse, agrémentée des fanfares des trompes de chasse du groupe de sonneurs animé par M. Yannick Bureau (Maison Périnet).

lesalon-2014

2015 : 5ème édition du Salon des Artistes Animaliers, de Chasse et de la Nature

Le salon s’est déroulé à nouveau à l’Hippodrome d’Auteuil, du vendredi 20 au dimanche 22 novembre 2015. Cette fois le Salon enregistre une baisse de fréquentation avec 4.500 visiteurs. Les provinciaux et les étrangers (belges et suisses notamment) restent chez eux. Les Soirées AVANT PREMIERE et de VERNISSAGE sont néanmoins un succès et le niveau des achats reste élevé car les visiteurs qui font le déplacement sont particulièrement motivés. La qualité des Artistes et des œuvres exposées est encore en progression, les Artistes continuent à se renouveler (sujets, techniques…) et les nouveaux exposants séduisent le public, comme Jean-Marc Bodin (sculpteur) qui décroche une médaille d’Or, Hubert Pintrand (peintre) médaille d’Or peinture, et Michel Charrier, Prix Rosa Bonheur du peintre animalier, de chasse et de la nature… La cérémonie de remise des médailles est présidée par M. Gonzague Saint-Bris, écrivain, journaliste, historien, qui a remis les médailles aux lauréats au cours d’une cérémonie animée et très conviviale, agrémentée des fanfares des trompes de chasse du groupe de sonneurs animé par M. Yannick Bureau (Périnet).

bandeau-photos-2015-salon

2016 : ANIMAL ART PARIS, la 6ème édition du Salon des Artistes Animaliers

Désormais installé à l’Hippodrome d’Auteuil, comme « la Biennale des Antiquaires au Grand Palais » ainsi que le soulignait malicieusement Jean d’Indy dans son mot de bienvenue à la cérémonie de remise des médailles, le Salon a ouvert ses portes du vendredi 18 au dimanche 20 novembre 2016.
Près de 5.000 visiteurs viennent retrouver leurs Artistes préférés et en découvrir de nouveaux. Les Soirées AVANT PREMIERE et de VERNISSAGE sont un succès, avec l’organisation par la Société Centrale Canine d’une réception le soir du Vernissage pour la remise des Prix Littéraires et du tout nouveau Prix des Beaux Arts créé à l’occasion du Salon, signe de reconnaissance de la qualité de l’organisation de la manifestation et de la qualité des Artistes sélectionnés.
On enregistre un niveau d’achats très satisfaisant.
Tout le monde salue la qualité des Artistes et des œuvres exposées, le Salon accueille une douzaine de nouveaux exposants, renouvelant ainsi les sujets, les styles et les techniques présentés au public.
Les nouveaux exposants séduisent le public et le Jury, comme Gari qui décroche une médaille d’Or dans la catégorie sculpture, Valérie Etterlen médaille d’Or dans la catégorie peinture, Georges Carillo (photographe), « Coup de coeur » du Salon. La FICIF décerne à Louise Groux (peintre) son prix des Beaux-Arts de la Chasse, la société Centrale Canine choisit Julie Salmon (peintre) pour son Prix des Beaux-Arts.
La cérémonie de remise des médailles est présidée par M. Jean d’Haussonville, Directeur Général du Domaine de Chambord, qui a remis les médailles aux lauréats au cours d’une cérémonie animée et très conviviale, agrémentée des fanfares des trompes de chasse du groupe de sonneurs animé par M. Yannick Bureau (Périnet).

2017, 2018… : chaque année, au mois de novembre, à l’Hippodrome d’Auteuil, Artistes et amateurs et collectionneurs se retrouvent à ANIMAL ART PARIS, le Salon international des Artistes Animaliers.

logotwitter logofacebook logoyoutube