logotwitter logofacebook logoyoutube ANDLAU (d’) – HOMBOURG Caroline – Animal Art Paris

ANDLAU (d’) – HOMBOURG Caroline

CAROLINE d’Andlau-Hombourg sculpteur en mouvement

Issue d’une famille alsacienne, Caroline dessine avec passion toute son enfance. Un grand-père peintre, un oncle sculpteur, un père écrivain, le chemin semble tout tracé… A 18 ans, elle décide qu’elle sera sculpteur.

Aujourd’hui, des galeries la représentent en Grande-Bretagne, en Belgique, en Suisse et à Los Angeles. Elle a aussi remporté la médaille d’or à Animal Art Paris en 2018 et en 2019, le grand prix sculpture à Animal Art Bruxelles.

Exprimer la pureté de ligne, la grâce de l’instant suspendu et la fluidité du
Mouvement
Conseillée par son père, Caroline commence d’abord par restaurer des porcelaines anciennes pendant 12 ans à Paris, New-York et Londres, « mais la restauration, passionnante, n’est que la prolongation d’un objet dans l’histoire, je n’étais pas libre de mon expression, et l’envie de sculpter me taraudait ». A Londres, Caroline s’inscrit au Masbro Center à Brook Green pour apprendre la sculpture et s’inspire à ses débuts de maîtres comme Marino Marini, Henry Moore et Rembrandt Bugatti. Sangliers puissants,
biches graciles, lièvres bondissants, ses oeuvres reflètent son amour inconditionnel de la nature. Il lui faudra 5 ans et une première exposition à la Flow Gallery à Portobello, où 35 pièces sont vendues en 3 jours, pour se consacrer exclusivement à la sculpture. Très vite, + One Gallery l’approche. Puis ce sera au tour de Bernard Chauchet, suivi par d’autres, comme à Los Angeles, De Re Gallery. L’élégance des lignes, un bel équilibre et l’énergie vitale définissent son travail.

Animaux, nus et Massais, compositions
Si les animaux sont un thème de prédilection, Caroline aime aussi les compositions et les nus. Danseur et peintre, Omar, un modèle brésilien au corps admirable, lui inspirera sa série Massai. Ses pièces sont tirées en 8 exemplaires numérotées et 4 épreuves d’artiste selon l’Académie des Arts. Depuis 15 ans, Caroline enchaîne plusieurs événements par an, en Europe et aux Etats Unis et collectionne… les collectionneurs. Sa dernière commande de 2 mètres 50 de haut orne une propriété en Autriche. Pas de frontières pour cette artiste cosmopolite et éprise de liberté.

De la terre à la cire… et bientôt la pierre !
« Je travaille aussi avec Artbridge sur le net, qui a décoré la Maison Blanche, le New York City Hall et le Kremlin ». Après avoir sculpté la terre, elle est passée à la cire sur armatures : « mes personnages sont dans le mouvement et parfois dans l’équilibre de l’instant, ils ont de plus en plus quelque chose d’aérien ». Ses bronzes proviennent de fonderies renommées comme Fiorini à Londres, Pangolin dans le Gloustershire, HwH en République Tchèque et Strassacker en Alsace. « La patine, je l’aime dorée, brun-rouge et noire, les couleurs nobles du bronze, des tonalités classiques et élégantes ». Et nouveau défi pour ce sculpteur à l’énergie solaire, Caroline démarre tout juste le travail de la pierre.

logotwitter logofacebook logoyoutube