logotwitter logofacebook logoyoutube logogoogle JEAN-CABOT Patricia – Animal Art Paris

JEAN-CABOT Patricia

LA BIOGRAPHIE

Enfance et adolescence en banlieue parisienne où Patricia Jean-Cabot découvre le dessin en créant des portraits au fusain et à la sanguine. Elle aime flâner au musée de l’Orangerie et dans le jardin de Tuileries.

Une licence en sciences de l’éducation l’oriente vers une carrière de professeur des écoles. Parallèlement elle prépare un DEUG d’Arts Plastiques à la Sorbonne et pratique la peinture à l’huile  en même temps que son métier.

Elle s’ancre successivement en Savoie – pour une dizaine d’années, et en Camargue où elle vit actuellement et travaille dans son atelier d’Arles.

En 2001 et 2002, elle approfondit sa pratique artistique  à l’Ecole d’Art d’Avignon, en suivant les cours de « Techniques Traditionnelles de la Peinture ». Puis, elle décide de peindre à plein temps et suit ses inspirations profondes.

Patricia Jean-Cabot propose des tableaux sur toile ou sur enduit de maçon, réalisés à la peinture acrylique, la peinture à l’huile ou à la chaux. Elle utilise des pigments naturels –beaucoup de terres et d’ocres – en glacis superposés ou en matière étalée au couteau.

LA DEMARCHE ARTISTIQUE

Patricia Jean-Cabot est influencée par « Les Nymphéas » de Monet, les masques du Fayoum, ces portraits des premiers siècles aux  quatre couleurs : noir, rouge et deux ocres.  Sa création artistique est émotionnelle et raisonnée avec pour fil conducteur : la mémoire.

La mémoire des coups de cœur, des sentiments, des sensations, des souvenirs. Elle se sert d’un trouble ou d’un saisissement intérieur et elle le restitue par les sens ou le cœur, à travers l’émotion.

La mémoire des gestes avec le crayon, le pinceau ou la spatule : répétés… superposés… jusqu’à ce que l’image mentale de départ s’organise et se stabilise dans le résultat final. Le dessin préliminaire subsiste comme une trace de cette mémoire.

La mémoire qui veut « oublier » certaines choses. En effet, même le travail non accompli compte. Il permet d’exprimer davantage de poésie et de sensibilité.

La pratique artistique de Patricia Jean-Cabot est une conjugaison de la couleur, des formes et de la mémoire.

LES EXPOSITIONS

2018 : Animal Art Paris, à l’hippodrome d’Auteuil du 14 au 18 novembre.

2018 : « Déclinaisons équines 3 » du 1er au 15 août 2018, Relais Culturel, Les Saintes Maries de la Mer.

2018 : « Déclinaisons équines 2 » du 2 mai au 30 juin, mas de la Samatane, Saint Martin de Crau.

2017 : « Déclinaisons équines 1» du 1er au 15 août, Relais Culturel, Les Saintes Maries de la mer.

2017 : Share your art du 26 au 31 juillet, Parc Gautier, Isle-sur –la-Sorgue.

2017 : SM’ART, Parc Jourdan, Aix en Provence.

2016 : Galerie & Concept Store Beaubourg, Paris

2016 : Galerie Le Braco, Les Saintes Maries de la Mer.

2014 : Domaine de l’Etang du Vivier, Castillon.

2012 et 2013 : Domaine de la Cassole, Beaucaire.

2010 : Souleïado, Arles.

2010 : Mosaïque des arts, Lagarde.

2008 et 2009 : Domaine de l’étang du Vivier,  Castillon.

2006 : Les deux sud, Arles.

2003 : Galerie l’Art du Temps, Mouriès.

2002 : Chapelle Sainte Anne, Arles.

2002 : Biou ‘art à Caissargues.

2001 : Chapelle Saint Théodoric, Avignon.

2000 et 2001 : Boutique Claude Fleurs, Arles.

1999 : Pietrosella, Corse.

1997 : Ecole de Sienne, Lézignan-Corbières.

LES CENTRES D’INTERET

L’écriture

Patricia Jean-Cabot a écrit un roman historique « Les Gueules Noires », paru aux éditions « Les Presses du Midi » en 2010. Une saga familiale, fin 19ème siècle, dans les corons du nord de la France, une catastrophe minière…

En projet, un second roman historique sur le thème de la rumeur publique et des livres interdits sous Louis XV. « Scandaleuse Louison » sera une chronique de 1745.

Les chevaux

Patricia Jean-Cabot pratique l’équitation de travail de tradition portugaise.

logotwitter logofacebook logoyoutube logogoogle